Miscellanea

Agapant

Agapant


Le genre Agapanthus (latin Agapanthus) comprend cinq espèces et fait partie de la famille des plantes Agapanthus. Cette plante herbacée vivace vit au large des côtes sur les pentes sèches de la province du Cap en Afrique du Sud.


Présentation de la thèse (partie du résumé de l'auteur) sur le thème "Caractéristiques biologiques et évaluation de la sélection des espèces et variétés du genre Narcissus L. dans le sud-ouest du CCR (par l'exemple de la région de Belgorod)"

La pertinence de la recherche. En Russie, en pleine terre, des représentants de la famille des Amaryllidacées J. St.-Hil. les cultivars sont principalement des variétés cultivées du genre Narcissus L. [Artyushenko, 1970]. De faibles exigences sur les conditions de croissance, une grande plasticité écologique, la présence de nombreuses formes qui diffèrent dans la structure et la taille du périanthe, une décoration élevée permettent de recommander des jonquilles pour une utilisation plus large en floriculture [Krichfalushiy, Komendar, 1990 Konovalova, 2005]. Cependant, dans l'aménagement paysager urbain, les jonquilles ne sont pas courantes et ne sont pratiquement pas utilisées dans les compositions florales printanières. Ceci s'explique principalement par le manque d'une quantité suffisante de matériel de plantation variétale et une connaissance insuffisante du comportement des variétés introduites dans de nouvelles conditions de croissance pour elles [Kulikov, 2010].

Les espèces et variétés des genres Galanthus L., Narcissus, Leucojum L. sont utilisées en floriculture en plein champ et pour le forçage. À ce jour, de nombreuses variétés de ces plantes à fleurs ont été créées par des sélectionneurs et des fleuristes amateurs. Pour l'aménagement paysager, l'introduction de nouvelles espèces est importante, qui réussissent à reconstituer l'assortiment de plantes à fleurs et sont impliquées dans la sélection pour créer une variété de variétés. Parmi les représentants de la famille des amaryllis, hibernant en plein champ, les jonquilles, en tant que plantes bulbeuses plus grandes, sont stables en culture et fleurissent de manière stable sous la condition d'un abri pour l'hiver.

Cependant, ce ne sont pas seulement les caractéristiques décoratives de l'amaryllis qui attirent l'attention. Au XXe siècle, des alcaloïdes précieux ont été découverts dans un certain nombre d'espèces, telles que la galantamine, la narcissine (lycorine, amarylline, galantidine), qui ont été utilisées avec succès en médecine [Turova, 1974 Hammerman, Thunder, 1976 Takhtadzhyan, 1982].

Les espèces de la sous-famille des Amaryllidoideae, poussant naturellement sur le territoire de la Russie, sont répertoriées dans le Red Data Book de la Fédération de Russie [2008] et les Red Data Books régionaux (Red Data Book of the Krasnodar Territory [2007], Sotchi [2002], etc.) avec le statut d'espèce rare ou vulnérable. Sous l'influence du facteur anthropique, les populations de ces espèces diminuent rapidement.

Une grande contribution à l'étude du genre Narcissus en Russie a été apportée par Z.T. Artyushenko [1970] (Saint-Pétersbourg), V.N. Bylov, E.N. Zaitseva [1977], N. Ya. Ip-politova [2001] (Moscou), T.V. Evsyukova, Z.P. École [2003] (Sotchi) à l'étranger - G.Ye. Kapinos [1961] (Azerbaïdjan), E.K. Zagorcha, [1990] (Moldova), V.V. Krichfalushiy, V.I. Komendar [1990] (Ukraine), L.V. Zavadskaya [2005] (Biélorussie). Cependant, le développement et la structure des systèmes de pousses ont été étudiés dans un seul nombre d'espèces, la technologie de culture de matériel de plantation de ces plantes ornementales précieuses dans la zone de la Terre Noire n'a pas été développée. La création et l'étude de collections de jonquilles et d'autres représentants de l'amaryllis, l'identification des caractéristiques de leur structure et de leur développement est une tâche urgente, car elle contribue à l'expansion de la zone cultivée et à l'introduction des espèces et variétés stables les plus cultivées en l'aménagement paysager des colonies dans le sud-ouest de la région de Tchernozem.

Le but et les objectifs de la recherche. Le but de ce travail est d'identifier les caractéristiques biologiques des espèces et variétés du genre Narcissus pour la reproduction et l'élargissement de la gamme de plantes ornementales dans les conditions climatiques du sud-ouest de la région de Tchernozem.

Conformément à l'objectif, les tâches suivantes ont été définies:

- étudier les rythmes de développement saisonnier des espèces et variétés du genre Narcissus

- étudier les caractéristiques de la formation des bulbes de jonquille

- révéler la variabilité des caractéristiques morphologiques quantitatives et qualitatives des espèces et variétés d'Amaryllidaceae dans les conditions climatiques du sud-ouest de la région de Tchernozem

- étudier la capacité de semence et de multiplication végétative des espèces et variétés du genre Narcissus

- pour identifier les caractéristiques de forcer les bulbes de jonquille.

- étudier les caractéristiques économiques et biologiques des variétés les plus précieuses et les plus prometteuses.

Nouveauté scientifique. Pour la première fois dans les conditions climatiques du sud-ouest de la région de Tchernozem, les rythmes de développement, le moment et les caractéristiques de floraison de quatre espèces et 33 variétés du genre Narcissus ont été étudiés. La durée de vie des pousses monocarpiques du début de la formation des bourgeons à la mort des parties basales des pousses développées a été établie; les caractéristiques structurelles de la partie aérienne des pousses des espèces et variétés des genres Narcissus, Galanthus et Leucojum, l'épiderme des limbes des feuilles et la variabilité des principaux caractères morphologiques ont été étudiés. Les coefficients de productivité des graines et de reproduction végétative des espèces et variétés du genre Narcissus ont été calculés, ainsi que le type sympodial de croissance des bulbes a été établi. Une évaluation a été faite de l'introduction des espèces et variétés étudiées de jonquilles à des fins de sélection et de jardinage. Les facteurs qui déterminent la durée du forçage, la hauteur des pousses fleuries et l'avortement des bourgeons (la taille des bulbes, leurs conditions de stockage avant le forçage, la température) ont été déterminés.

Importance pratique. Espèces et variétés de jonquilles très décoratives et résistantes à la culture identifiées 'Dutch Master', 'Passionale', 'Rip Van Winkle', 'Split', 'Tahiti', 'Tete-a-Tete' et 'White Lion', recommandées pour culture industrielle dans les conditions climatiques du sud-ouest de la région de Tchernozem. Des sources de caractères précieux pour la sélection ont été identifiées - productivité élevée des graines, grandes pousses génératives, période de floraison. Des recommandations pratiques ont été élaborées pour la culture d'espèces et de variétés du genre Narcissus dans les conditions climatiques du sud des hautes terres de la Russie centrale et leur forçage. Les caractéristiques des variétés les plus prometteuses d'origine étrangère introduites dans les conditions climatiques du sud des hautes terres de la Russie centrale sont données. Sur la base de l'évaluation des caractères économiquement intéressants, les espèces N. cyclamineus, N. minor var. pumilus et variétés de jonquilles 'All Glory', 'Aranjuez', 'Gertie Millar', 'Golden Harvest', 'Ingles-

combe ',' Ornatus Maximus 'et' Sir Watkin 'pour différents types d'utilisation (forçage, coupe, aménagement paysager). Les espèces cultivées les plus prometteuses et les variétés de la collection étudiée de jonquilles ont été transférées au FGBNU VILAR pour être utilisées comme sources de substances biologiquement actives.

Les principales dispositions pour la défense.

1. Caractéristiques de la formation des bulbes de jonquilles dans les conditions climatiques du sud des hautes terres de la Russie centrale.

2. Caractéristiques de la multiplication végétative des jonquilles en divisant les bulbes à des fins de reproduction.

3. Espèces et variétés de jonquilles, les plus adaptables aux conditions climatiques du sud des hautes terres de la Russie centrale et prometteuses pour la sélection pour les principaux caractères économiquement intéressants (période de floraison, hauteur de la plante, coefficient de reproduction végétative).

Approbation des résultats du travail. Les principales dispositions et résultats des travaux ont été présentés: lors de conférences internationales - "Biodiversité: problèmes d'étude et de conservation" (Tver, 2012), "Préservation de la diversité de la flore tropicale et subtropicogène pendant l'introduction" (Yaroslavl, 2012), " Floriculture: traditions et modernité "(Volgograd, 2013) Conférences scientifiques et scientifiques-pratiques de toute la Russie -" Biodiversité et communautés culturelles dans des conditions extrêmes "(Apatity, 2012)," Biologisation du système d'agriculture adaptative du paysage - la base de l'augmentation des sols fertilité, augmenter la productivité des cultures agricoles et préserver l'environnement "(Belgorod, 2012) de la conférence Internet scientifique et pratique internationale -" Appui scientifique au développement du jardinage personnel, suburbain et agricole "(Sotchi, 2013)," Fleur vivace cultures dans les collections scientifiques et verdissement urbain »(Sotchi, 2014).

Publications. Sur la base des matériaux de la thèse, 12 travaux ont été publiés, dont 4 articles dans des revues de la liste de la Commission supérieure d'attestation de la Fédération de Russie.

La structure et la portée de la thèse. Le mémoire comprend une introduction, cinq chapitres, des conclusions, des recommandations pour la production et l'élevage, une bibliographie comprenant 231 titres, dont 71 en langues étrangères, et quatre annexes. L'ouvrage est présenté sur 150 pages, comprend 37 figures, 25 tableaux. Tous les dessins de l'œuvre sont réalisés par l'auteur.

CHAPITRE 1. CARACTÉRISTIQUES BIOLOGIQUES DES REPRÉSENTANTS DE LA FAMILLE LMLAUJYULSELE ^ IME 8T. - ILB.

1.1. Position systématique de certaines espèces de la sous-famille

La sous-famille des Amaryllidoideae est l'une des trois sous-familles de la famille des Amaryllidaceae 1aix B! - AI. ainsi que les sous-familles Agapanthoideae et Allioideae. La famille des Amaryllidacées appartient à l'ordre des Amaryllidales (amaryllidacées), au super-ordre Lilianae (liliacées), à la sous-classe Liliidae (liliacées), à la classe Liliopsida, ou nopo ^ y ^ ov8 (lilyopsides, ou monocotylédones), au département Magnoliophyta, Angiospermae (floraison ). Auparavant, cette famille était généralement incluse dans l'ordre Liliales (couleur lys) dans le système de classification APG II, la famille est incluse dans l'ordre Asparagales (couleur asperge) [Takhtadzhyan, 1987 Meego1, 1999].

La division continentale des Amaryllidacées (classification par aire de répartition) et la classification par rangs taxonomiques de la systématique biologique - tribus ont été proposées par LV Meego1 [1999]. Il n'y a que 15 tribus dans la classification des Amaryllidacées. Certaines tribus sont particulièrement étendues et comprennent des sous-tribus, puis des genres et des espèces. Les Amaryllidacées africaines comprennent les tribus - Amaryllideae (4 sous-types), Cyrthanteae (1 genre), Haemantheae (3 sous-types) Australo-asiatique - Calostemmateae (2 genres), Lycorideae (2 genres) Eurasian - Narcisseae (2 genres), Galantheae (6 genres), Galantheae (6 genres) , Pancratieae (1 genre) et American Amaryllidaceae - Griffineae (2 genres), Hippeastreae (2 sous-types), Eucharideae (4 genres), Stenomesseae (5 genres), Eustephieae (3 genres), Hymenocallideae (3 genres) (3 genres), Clinant ) [Schekotov, Talantova, 2014].

Notre attention a été attirée par des représentants d'Amaryllis tels que Ga-lanthus L. (perce-neige), Narcissus L. (jonquille), Leucojum L. (fleur blanche) - les plus belles plantes bulbeuses printemps-été, universelles en termes d'utilisation, qui se distinguent par leur simplicité face aux conditions de croissance. Les représentants étudiés appartiennent à trois tribus (tableau 1) [Genera. 2013].

Tableau 1 - Classification des genres Narcissus, Galanthus, Leucojum

Sous-famille Tribe Genre Espèce

Amaryllidoideae Galantheae Galanthus L. Galanthus nivalis L.

Leucojum L. Leucojum aestivum L.

Narcisseae Narcissus L. Narcissus poeticus L. subsp. radiiflorus (Salisb.) Boulanger

N. minor var. pumilus Salisb.

N. papyraceus subsp. panizzianus (Pari.) Arcang.

Genre Narcissus. Jusque dans les années 70 du siècle dernier, les taxonomistes du genre Narcissus comptaient jusqu'à 150 espèces [Grossheim, 1940 Karyagin, 1952 Kharkevich, 1960]. Dans les années 70, selon les données de différents scientifiques, le genre comprenait de 25 à 30 [Artyushenko, 1970 Webb, 1980] à 60 espèces [Artyushenko, 1979]. À l'heure actuelle, compte tenu de la recherche génétique, le genre comprend 83 espèces et 33 sous-espèces [Genera. 2013].

Espèces de jonquilles, selon le système magnoliophyte, A.L. Takhtadzhyan [1987] a traditionnellement été attribué au genre Narcissus, une sous-famille des Narcissées de la famille des Amaryllis. Dans les nomenclatures modernes de GRIN Taxonomy for Plants [2014], ils appartiennent à la sous-famille des Amaryllidoideae.

Dans l'horticulture ornementale du monde et de la Russie, on utilise principalement des variétés de Narcisse, obtenues sur la base d'une hybridation interspécifique, en tenant compte d'un grand nombre d'espèces. Parmi les espèces en culture, Narcissus poeticus L. subsp. radiiflorus (Salisb.) Baker, puisque cette espèce est naturellement présente dans le Caucase [Gorshkova, 1935 Ippolitova, 2000 Zavadskaya, 2005]. Sino-

nims Narcissus poeticus L. subsp. radiiflorus (Salisb.) Baker: N. angustifolius Curtis, N. radiiflorus Salisb., N. stellaris Haworth, N. poeticus var. angustifolius Herb., N. poeticus subsp. angustifolius (Curtis) Asch. & Graebn., N. poeticus race radiiflorus Rouy.

Selon les caractéristiques morphologiques, N. poeticus subsp. radiiflorus est très proche de la jonquille N. poeticus L. (poétique). Le groupe N. poeticus comprend les espèces de jonquilles à fleur unique avec un périanthe blanc et une couronne courte et plate. Pendant longtemps, les botanistes ont considéré N. poeticus comme une seule espèce. W. Curtis [1793] a proposé de le diviser en trois espèces, dont N. poeticus subsp. radiiflorus. Puisque N. poeticus subsp. radiiflorus se caractérise par une grande variabilité de la plupart des caractères morphologiques; des difficultés sont apparues pour déterminer sa position systématique au sein du genre. En 1796, N. poeticus subsp. radiiflorus a été décrit par R. Salisbury comme N. radiiflorus Salisb. (Jonquille à fleurs radiantes) [Pugsley, 1915]. A. Haworth [1819, 1831] a revu le système de genre d'une manière nouvelle, en le distinguant comme une espèce distincte N. stellaris Haworth (jonquille en forme d'étoile), y compris trois variantes. D. Herbert [1837] a combiné 10 formes dans le groupe N. poeticus, en les considérant comme des variétés, et a décrit N. poeticus subsp. radiiflorus comme variante de N. poeticus (N. poeticus var.angustifolius Herb.). J. Baker [1875, 1888], considérant les espèces du groupe N. poeticus, n'a identifié séparément que N. poeticus et sa sous-espèce - N. poeticus subsp. radiiflorus (Salisb.) Baker (syn. N. angustifolius Curt. N. majalis Curt.). Toutes les autres espèces décrites par les chercheurs précédents, selon ses opinions, devraient être considérées comme des variations de N. poeticus.

E. Boissier [1884], P. Ascherson, P. Graebner [1906] et G. Rouy [1912], en caractérisant le groupe N. poeticus, ont essentiellement suivi leurs prédécesseurs, n'apportant que des changements mineurs à leur système de genre. Ainsi, P. Ascherson et P. Graebner [1906] ont élevé seulement N. poeticus du groupe analysé au rang d'espèce et isolé N. poeticus subsp. angustifolius (Curtis) Asch. & Graebn., Y compris trois formes décrites par d'autres

par les auteurs en tant qu'espèces distinctes. G. Rouy [1912] a modifié la sous-espèce identifiée par les auteurs dans la race - N. poeticus race radiiflorus Rouy. H. Pugsley [1915] a analysé de manière critique les données de chercheurs précédents concernant la taxonomie des jonquilles et a proposé son propre système de ce genre. H. Pugsley a choisi comme espèce distincte seulement N. radiiflorus Sa-lisb., Considérant tous ses autres noms comme des synonymes.

Selon l'interprétation de la position taxonomique de N. poeticus subsp. Les taxonomistes radiiflorus peuvent être divisés en deux groupes. Certains botanistes [Hegi, 1939 Fernandes, 1951 Isepy, Priszter, 1972 Webb, 1978, 1980] pensent que N. poeticus subsp. radiiflorus - sous-espèce N. poeticus. Cependant, la plupart des taxonomistes reconnaissent N. poeticus subsp. radiiflorus en tant qu'espèce indépendante [Szafer, 1919 Javorka, 1925 Domin et al., 1928 Fomsch, Borzshovsky, 1950 Kuznetsova, 1965, 1977 Zahariadf, 1966 Artyushenko, 1970, 1979 Soo, 1973 Javorka, Csapodi, 1975, etc.]. Selon la taxonomie GRIN pour les plantes [2014] N. poeticus subsp. radiiflorus - les sous-espèces N. angustifolius et N. radiiflorus sont synonymes de N. poeticus subsp. radiiflorus.

Dans les œuvres de S.S. Kharkevich [1960] et 3.T. Artyushenko [1970] a noté une grande variété de types morphologiques de fleurs chez N. poeticus subsp. radiiflorus. Les auteurs fournissent des descriptions des formes les plus remarquablement différentes de cette espèce. Malheureusement, leurs recherches se limitent à une seule population [Komendar, Krichfalushiy, 1990].

Genre Leucojum. Le genre Leucojum L. (fleur blanche) appartient systématiquement à la sous-famille des Galantheae (perce-neige) de la famille des Amaryllidacées (amaryllis). Au sein du genre, on distingue quatre sous-genres et de 10 à 15 espèces [Artyushenko, 1970]. Selon la taxonomie GRIN pour les plantes [2014], Leucojum appartient à la sous-famille des Amaryllidoideae, la tribu des Galanthées.

K. Linnaeus a attribué deux espèces au genre Leucojum: L. vernum et L. autumnale (Linnaeus, 1753). Plus tard, il a décrit une autre espèce - L. aestivum (Linnaeus, 1759). R. Salisbury [1805] a jugé nécessaire de reconnaître L. autumnale comme un type

un nouveau genre spécial Acis. R. Sweet [1829] a adopté le genre Acis et y a inclus 3 autres espèces: L. roseum Martin, L. grandiflorum DC. et L. trichophyllum Shousb. W. Herbert [1837] a établi un nouveau genre Erinosma pour deux espèces de Leucojum: L. vernum et L. carpathicum, les retirant du genre Leucojum et ne laissant que L. aestivum pour ce dernier.

F. Parlatore [1854] a identifié un autre genre - Ruminia avec une espèce R. ni-caeense, décrit par H. Ardoino [1867] comme Leucojum nicaeense. J. Baker [1888], traitant Sem. Amaryllidaceae, tous les genres répertoriés ont été transférés au rang de sous-genres du genre Leucojum. Ce système de J. Baker a été adopté par de nombreux botanistes lors de l'analyse du genre Leucojum pour diverses flores.

Depuis l'époque du système du genre Leucojum présenté par J. Baker, un certain nombre de nouvelles espèces ont été décrites. F. Stern [1956] a donné une nouvelle description de ce genre. Contrairement à J. Baker, il considérait à juste titre l'espèce L. vernum L. comme un type de ce genre. Dans la flore de l'ex-URSS, il n'y a que deux espèces du genre Leucojum: L. vernum et L. aestivum [Artyushenko, 1970].

Dans le système moderne du genre Leucojum, l'espèce Leucojum aestivum est un type du sous-genre Aerosperma Stern [Stern, 1956]. Leucojum aestivum se compose de deux variétés: L. aestivum var. aestivutn, L. aestivum var. pulchelium (Salisb.) Fiori [Stern, 1956 Schulze, 1933]. Parfois, ils sont considérés comme des sous-espèces [Webb, 1980] et plus tôt [Baker, 1888 Ascherson. Graebner, 1907 Rouy, 1912] ils étaient considérés comme des espèces distinctes. Et maintenant, souvent dans les flores régionales sous le nom de Leucojum aestivum, elles ne signifient que L. aestivum subsp. aestivum [Komendar, Krichfalushiy, 1990].

Genre Galanthus. La tribu Galantheae (Snowdrop) est représentée par quatre genres et une quarantaine d'espèces, communes en Europe centrale, en Méditerranée, dans le Caucase, en Iran, en Afghanistan et en Asie centrale. Le plus grand genre de la tribu est Galanthus (perce-neige), qui comprend 27 espèces [Artyushenko, 1970 Tkhazaplizheva, 2006].

Description du genre Galanthus A.S. Lozina-Lozinskaya [1935] pour la flore de l'ex-URSS est désormais dépassée. Des sept espèces de Galanthus,

dirigé par elle, cinq sont attribués au Caucase, un à la Crimée et un à l'Ukraine. En 1947, L.M. Kemulyarzhia Natadze a publié un ouvrage sur le Galanthus du Caucase, qui répertorie 9 espèces (4 d'entre elles sont nouvelles). En 1951, Yu.I. Kos a décrit trois autres nouvelles espèces de Galanthus poussant dans le Nord. Le Caucase. En 1963 A.P. Khokhryakov et Sh.I. Kutateladze a été décrit par une autre espèce, Galanthus. Bien qu'à un moment, J. Baker [1891] ait décrit une espèce - G. alleni, qui n'apparaît ni dans Flora of the USSR [1950], ni dans Flora of the Caucasus [1936] de Grossheim, ainsi que dans l'une des flores régionales du Caucase.Le principal centre de diversité des espèces du genre Galanthus est situé dans le Caucase [Artyushenko, 1970]. Cependant, certaines espèces caucasiennes poussent en Turquie, et certaines espèces turques très proches des espèces transcaucasiennes ont été décrites comme nouvelles (Stern, 1956). À l'heure actuelle, compte tenu des études génétiques, le genre Galanthus comprend 24 espèces et 4 sous-espèces [Genera 2013].

1.2. Classification des jardins du genre Narcissus

La Royal Horticultural Society anglaise a proposé pour la première fois la classification des jonquilles en 1908 [Stefien, 1987]. En janvier 1950, une liste de classification et un catalogue international des variétés de jonquilles ont été créés. En 1975, quelques ajouts ont été faits [Classificateur du genre Narcissus L., 1981 Zaitseva, 1986]. La classification moderne est basée sur la division en groupes, sous-groupes. Chaque groupe a une désignation numérique de 1 à 12, combinant des variétés avec un certain rapport de la longueur de la couronne et des tépales. En plus de la classification officielle, un code couleur pour le périanthe et la couronne a été introduit. Dans le cas d'une couleur multicolore hétérogène, elle est donnée en trois zones, en partant du centre de la fleur jusqu'à ses bords, d'abord pour le périanthe, puis pour la couronne (tube). Il est d'usage de distinguer six couleurs: blanc - B, jaune - F, vert -

3, rouge - K, orange - O, rose - P (en orthographe anglaise: W, Y, G, R, O, P, respectivement) [Mankevich, 1981 Mukhina, 2004].

Formes de jardin et variétés de narcisses, réunies sous le nom général de N. x hybridus hort., Résultat de l'hybridation à distance de diverses espèces sauvages: N. pceudonarcissus L., N. bulbocodium L., N. tazetta L., N. jonquilia L., N. poeticus L., N. odorus L., N. cyclamineus DC., N. triandrus L., etc.

Dans le répertoire international d'enregistrement des variétés de jonquilles en 2007, plus de 27 000 variétés et espèces ont été enregistrées, qui sont divisées en 12 groupes. En 2012, le nombre de variétés de jonquilles est passé à 28 000 [Registre international de la jonquille et liste classifiée, 2012].

Chaque groupe de classification comprend des sous-groupes qui diffèrent par la couleur du périanthe, du tube ou des lobes de la couronne:

1. coloration des lobes du périanthe et du tube ou de la couronne jaune

2. la couleur des lobes du périanthe est blanche, la couleur de la couronne ou du tube est jaune

3. la couleur des lobes du périanthe du tube ou de la couronne est blanche

4. la couleur des lobes du périanthe est jaune, la couleur du tube ou de la couronne est blanche [Eremin, 1975].

Selon la classification moderne, toutes les variétés de jonquilles d'origine hybride sont incluses dans les groupes suivants.

1er groupe - Cultivars de la jonquille trompette. Ce groupe comprend des variétés dans lesquelles les fleurs ont un tube égal ou plus long que les lobes du périanthe. Les variétés de jonquilles tubulaires représentent 22% de l'assortiment mondial. Des jonquilles tubulaires jaune vif descendant de N. pseudonarcissus L. et N. nobilis (Haw.) Schul., Des variétés avec une couleur de tube fluide et des lobes du périanthe ont été créées avec la participation de N. moshatus L., N. alpestris Pugsley, N. albescens Pugsley.

Comme vous le savez, les formes sauvages sont apparues en culture au 17ème siècle (environ 100 variétés). À partir de quelles formes triploïdes ont été sélectionnées

avec des fleurs plus grandes que les espèces sauvages. La plupart des variétés de ce groupe conviennent au forçage [Fisher, 1974 Matveeva, 1980].

2e groupe - Cultivars de jonquilles à grandes cuves. Les variétés de ce groupe se distinguent par des fleurs avec une grande couronne, qui est un peu plus courte que les lobes du périanthe, mais plus longue que leur longueur. Des jonquilles à grande couronne ont été obtenues à partir de croisements de jonquilles tubulaires avec N. poeticus L. Dans ce groupe, des cultivars à couronne rose et rouge ont été obtenus.

Les jonquilles à grande couronne sont représentées dans l'assortiment mondial par le plus grand nombre de variétés - environ 50% de l'assortiment total. Toutes les variétés de ce groupe sont adaptées au forçage.

3ème groupe - Cultivars de jonquilles à petite coupe. Ce groupe comprend des variétés dans lesquelles la couronne florale ne dépasse pas 1/3 de la longueur des lobes du périanthe (souvent beaucoup plus courte).

Les cultivars sont obtenus en croisant N. poeticus avec des cultivars tubulaires d'origine jardinière. Dans l'assortiment mondial, les variétés de jonquilles à petite couronne représentent 12%. Les variétés modernes de ce groupe sont recommandées pour le forçage à grande échelle [Danilina, 2009].

4e groupe - Cultivars doubles de jonquilles. Les variétés de ce groupe se distinguent par des fleurs doubles. Dans l'assortiment mondial, ils ne représentent qu'environ 1,5% du montant total [Chub, 2007]. Certaines variétés conviennent au forçage.

5ème groupe - Jonquilles Triandrus (Cultivars de jonquilles Triandrus). Les variétés de ce groupe sont caractérisées par les caractères de N. triandrus L. (n. À trois pétales), à partir desquelles elles ont été obtenues. Ne convient pas à la distillation de masse.

6ème groupe - jonquilles cyclamineus (cultivars de jonquilles cyclamineus). Les cultivars ont été obtenus à partir de N. cyclaminens DC. (N. cyclamen). Des variétés uniques peuvent être utilisées pour le forçage.

7e groupe - Cultivars Jonquilla et Apodanthus Jonquille. Les cultivars sont caractérisés par les caractéristiques de N. jongnilla L. (n. Jonquilla). Certains d'entre eux sont utilisés pour forcer.

8e groupe - Cultivars de la jonquille Tazetta. Les cultivars sont caractérisés par les caractéristiques de N. tazetta L. (N. tazetta). Beaucoup d'entre eux peuvent être utilisés pour forcer.

9ème groupe - Jonquilles poétiques (Poeticus Daffodil Cultivars). Les cultivars sont caractérisés par les caractéristiques de N. poeticus L. (n. Poetic), aptes au forçage (Fig. 1).

Figure 1 - Groupes de variétés de narcisses [d'après Artyushenko, 1970]: 1 - tubulaire, 2 - à grande couronne, 3 - à petite couronne, 4 - éponge, 5 - triandru, 6 - cyclamen-like, 7 - jonkillia, 8 - tacétoïde,

10e groupe - Espèces et formes sauvages [Bylov, 1974], bien que dans la classification internationale des jardins, selon la Royal Horticultural Society, le 10e groupe s'appelle Bulbocodium Daffodil Cultivars.

Les cultivars sont caractérisés par les caractéristiques de N. bulbocodium [The International Daffodil Register. 2012].

11e groupe - Cultivars de jonquilles à couronne fendue. Ils se caractérisent par la présence de lobes séparés au niveau de la couronne ou du tube de la fleur. De nombreuses variétés conviennent au forçage [Bylov, 1974 Zavadskaya, 2003 Popova, 2010]. Cependant, dans la classification internationale des jardins, les variétés de jonquilles d'origine hybride sont divisées en 13 groupes, ce qui donne:

12e groupe - Autres cultivars de jonquilles. Variétés qui ne correspondent pas à la définition des autres sections.

Groupe 13 - Les jonquilles se distinguent uniquement par leur nom botanique [The International Daffodil Register. 2012].

1.3. Zones de certains représentants de la sous-famille des Amaryllidoideae

Genre Narcissus. L'aire de répartition générale du genre Narcissus L. couvre la région méditerranéenne de l'Europe, ainsi que l'Afrique et l'Asie. La plupart des espèces sont concentrées dans le sud de l'Espagne et au Maroc [Fernandes, 1951]. La plus nombreuse à cet égard est la péninsule ibérique, où poussent 26 espèces [Meusel et al., 1965].

De par la nature de leurs habitats, les jonquilles sont divisées en deux groupes. La plupart d'entre eux sont confinés aux régions de plaine et de contreforts de la Méditerranée. Environ un tiers de l'espèce se trouve dans les systèmes montagneux du sud et du centre de l'Europe [Isepy, Priszter, 1972]. Les espèces alpines sont confinées aux zones à fortes précipitations et à des températures plus basses. Ainsi, N. poeticus subsp. radiiflorus dans les Alpes est réparti jusqu'à 2060 m d'altitude. Certaines espèces s'élèvent encore plus haut dans les montagnes - jusqu'à 1350-2600 m d'altitude. [Rikli, 1946].

Le genre Narcissus appartient au groupe des plantes de la zone subtropicale tempérée. La plus grande zone de sa distribution se situe en Méditerranée.

Malgré la longueur notable de la chaîne d'ouest en est et l'absence de barrières significatives (mers, systèmes montagneux, etc.), les plantes du genre ne se propagent ni au sud ni à l'est de la région subtropicale de l'ancienne Terre du Milieu. Seules certaines de ses espèces entrent en Europe occidentale et peuvent donc être attribuées à l'élément atlantique de la flore.

La région méditerranéenne, qui comprend des zones basses et des contreforts, est caractérisée par un climat subtropical typique avec des hivers doux et humides et des étés chauds et très secs. Les précipitations annuelles varient de 27 à 875 mm et sont en moyenne de 500 à 600 mm [Walter, 1974 Evdokimov, 1986].

L'espèce Narcissus habite le territoire et près des frontières de la Fédération de Russie N. poeticus subsp. radiiflorus. La distribution générale de N. poeticus subsp. radiiflorus est associé aux systèmes montagneux de l'Europe méridionale et centrale: les Alpes, les Balkans et les Carpates [Hegi, 1939 Webb, 1980, etc.]. L'espèce se trouve du sud-est de la France (Provence) jusqu'aux Carpates orientales (Transcarpathie). Sur la base de l'analyse chorologique, K.D. Malinovsky [1980] attribue cette espèce au groupe de l'élément de la flore alpine. Certains auteurs pensent que N. poeticus subsp. radiiflorus appartient au groupe des plantes de montagne eurasiennes-carpates-balkaniques [Kotov et Chopik, 1960].

La limite nord-est de l'aire de répartition de N. poeticus subsp. radiiflorus, comme le genre Narcissus en général, est présent dans les Carpates. Sur le territoire de l'ex-URSS, l'espèce ne se trouve qu'en Transcarpatie [Chopik, 1977].

Des informations sur la répartition de l'espèce sont données dans les publications des botanistes soviétiques - S.S. Kharkevich [1951, 1960], S.S. Fodor [1956], 3.T. Artyushen-ko et S.S. Kharkevich [1956], V.I. Komendara [1964], V.I. Chopika [1976]. Plus en détail, l'histoire de la recherche chorologique N. poeticus subsp. radiiflorus est considéré dans les travaux de V.I. Komendara, V.V. Krichfalushego [1984].

3.T. Artyushenko et S.S. Kharkevich [1956] a suggéré que N. rovisch BiBvr. raNi / lorini est originaire de la flore méditerranéenne et, dans sa biologie, n'est pas typique des types de végétation forestière et prairie. C'est une plante, principalement dans les zones ouvertes des basses terres ou des contreforts, adaptée au climat méditerranéen avec sa période automne-hiver-printemps de pluies et d'étés secs.


Voir la vidéo: AGAPANTUS. АГАПАНТУС. AGAPANTHUS